De la formation et des fruits dans le ministère !

Publication: 12/05/2022 16:28
Mise à jour: 04/12/2022 12:25

La formation au ministère n’est pas une option. Elle est dès le début de la relation entre Dieu et l’humanité, une condition sine qua non pour le service du Seigneur, et ce, depuis le jardin d’Eden. Le ministère est une profession, la plus distinguée sur la terre qui interagit avec toutes les nobles professions des hommes. Ainsi, il est approprié de qualifier la « formation au ministère » comme une « formation professionnelle ». Cette dernière est définie, entre autres, comme un « processus d'apprentissage permettant à un salarié ou un demandeur d'emploi d'acquérir le savoir, le savoir-faire et le savoir-être nécessaires à l'exercice d'un métier ou d'une activité professionnelle. » La différence fondamentale avec la formation au ministère se trouve dans le fait que l’être humain ne demande pas à être appelé, mais c’est le Seigneur qui décide souverainement qui Il appelle dans Son champ.

  1. Le « savoir » traite de la théologie (parfois appelée doctrine). Chaque divinité à son corpus qui le distingue très nettement des autres.
  2. Le « savoir-faire » parle de l’exercice pratique, de la compétence, de la déontologie (l’ensemble des règles et des devoirs régissant une profession). Le ministère a des devoirs et règles. Il faut les connaître puis les appliquer si l’on veut porter d’excellents fruits et aller loin.
  3. Le « savoir-être » fait référence à l’aptitude du ministre de l’Evangile à se comporter correctement dans des situations données, généralement dans ses rapports avec ses collègues (prédécesseurs, ceux de la même génération et les jeunes), les chrétiens et avec les gens du dehors (les non-chrétiens).

Dieu forma Adam dans le jardin relativement au discernement de Sa voix (parole), l’adoration, l’érection d’un autel et le service approprié à y rendre, bref, la théologie holistique (spiritualité, créativité, gestion responsable de la création et les sciences qui vont avec) – voir Genèse 2:15-17, 19-20. Abraham, choisi par Dieu, est un théologien-réformateur, qui prône le retour aux pratiques cultuelles abandonnées pour certaines, ou perverties pour d’autres, des académies d’Adam et de Noé notamment.
Noé, Moïse, Elie le Thischbite, Jésus de Nazareth, les douze apôtres, Paul… furent conséquemment formés. Ils portèrent tous de bons fruits parce qu’ils étaient équilibrés : Théologie, Dons spirituels et Ethique.

Partager :
Chargement en cours...